Solution #1 :  Recyclons et empochons 6 millions d’euros !

Temps de lecture : 3 min
Merci à Aline pour sa contribution.

Les gourdes, un vrai succès

La compote en gourde est un succès phénoménal depuis bientôt 20 ans, il s’en vend environ 600 millions d’unités en France chaque année !
Cela représente :
– environ 54 000 tonnes de compotes par an.

Puis une fois les compotes mangées :
– l’ équivalent de 6 000 voitures citadines jetées par an (6 000 tonnes de plastique enfoui ou incinéré)
– et surtout une super cagnotte de 6 millions d’euros par an que pourrait générer leur recyclage, qui échappe aux écoles et associations puisque l’essentiel des gourdes finit malheureusement enfoui ou incinéré.

Comment gagner la cagnotte ?
En recyclant nos gourdes tout simplement

Et depuis quand ça se recycle, ces gourdes ?

Les gourdes de compote ne figurent pas parmi les déchets couramment recyclables par les filières de tri mises en place par les communes et les agglomérations. Du coup, elles finissent la plupart du temps dans la poubelle ordinaire.
Idem lorsqu’on les jette dans des poubelles publiques.
Adieu cagnotte !

Une filière de recyclage dédiée a été mise en place en France en février 2013 par la société Terracycle, en collaboration avec Materne, fabricant des Pom’Potes.
Terracycle est une initiative lancée aux USA en 2001 par son fondateur Tom Szaky.
Son constat : les déchets considérés non recyclables ne le sont en réalité que d’un point de vue économique. Tout se recycle, mais cette revalorisation n’est pas toujours rentable pour des petits volumes et des déchets complexes.
Du coup, il s’est mis en tête de recycler ce que les autres considèrent non rentable, et ça marche ! A ce jour Terracycle est présent dans 21 pays du monde et gère plus de 100 types de déchets différents.
Depuis le début du programme, les 16 millions de gourdes recyclées de marque quelconque ont dégagé 117 500€.
Autant dire que 5,9 millions d’euros sont encore disponibles chaque année, à qui veut bien collecter !

Comment s’y prendre pour participer ?

Il suffit de récupérer autant de gourdes que possible, et ce quelle que soit la marque, puis de s’adresser à un point de collecte proche de chez soi.
Il y en a 600 en France, tous repérés sur une carte avec leurs coordonnées complètes sur la page dédiée de Terracycle. Il s’agit généralement de particuliers, d’associations, d’écoles, de bibliothèques, de magasins ou de sociétés privées.

L’envoi gratuit à Terracycle se fait par lot de 30kg minimum (l’équivalent de 3000 gourdes).
Il est possible de faire des envois plus petits, mais sans pouvoir bénéficier de la cagnotte.
A réception, les gourdes sont stockées puis lorsque le volume total est suffisant, une campagne de transformation est lancée dans une usine située en Angleterre. En sortie, des petites billes plastiques qui serviront à fabriquer de nouveaux produits.

Pour les détails :

Comment s’y prendre pour participer ?

Il suffit de récupérer autant de gourdes que possible, et ce quelle que soit la marque, puis de s’adresser à un point de collecte proche de chez soi.
Il y en a 600 en France, tous repérés sur une carte avec leurs coordonnées complètes sur la page dédiée de Terracycle. Il s’agit généralement de particuliers, d’associations, d’écoles, de bibliothèques, de magasins ou de sociétés privées.

L’envoi gratuit à Terracycle se fait par lot de 30kg minimum (l’équivalent de 3000 gourdes).
Il est possible de faire des envois plus petits, mais sans pouvoir bénéficier de la cagnotte.
A réception, les gourdes sont stockées puis lorsque le volume total est suffisant, une campagne de transformation est lancée dans une usine située en Angleterre. En sortie, des petites billes plastiques qui serviront à fabriquer de nouveaux produits.

Pour les détails :

Et ma cagnotte alors !?

Dans les 2 mois qui suivent l’envoi, Terracycle crédite le compte du point de collecte.
Une gourde équivaut à 1 centime d’euro.
Deux fois par an, ledit point de collecte redistribue ensuite à chaque collecteur l’équivalent de son apport, en euros.
Pour bénéficier de la cagnotte, il suffit :
– d’être une association et de s’inscrire (envoi d’un RIB) sur le site Terracycle.
– d’avoir collecté au minimum 1000 gourdes (équivalent à 10€).

Il est également possible de faire profiter du résultat de sa collecte à des initiatives solidaires œuvrant pour la lutte contre la faim, l’éducation ou le soutien aux enfants prématurés.

3000 gourdes minimum, c’est énorme !

A titre d’exemple, une école en Savoie arrive à collecter l’équivalent de 150 à 200€ par an, versés à l’association des parents d’élèves, qui aide ensuite l’équipe pédagogique.
Soit environ 17 500 gourdes pour 300 élèves  (4 classes de maternelles et 8 classes d’élémentaires).
Y’a plus qu’à !

Pour ceux qui malgré l’intérêt de ce recyclage, préféreraient alléger leur poubelle et leur budget compote,
il y a aussi la solution #2.

Il existe aussi des collectes pour les capsules de thé et de café, les stylos et feutres, et plein d’autres « déchets ».
La liste est disponible ici.

Sources

– M6 – Emission Capital du 6 février 2015
« Emballages, médicaments, vêtements : enquête sur le scandale du gaspillage »

– Poids de compote en amont :
54 000 tonnes : 90g x 600 millions de gourdes

– Poids de déchets en aval :
6 000 tonnes : 10g x 600 millions de gourdes

– Super cagnotte :
6 millions d’euro : 0,01€ x 600 millions de gourdes

– Collecte dans une école de Savoie :
Merci à Mme A.B pour son retour d’expérience sur une collecte en place depuis 2013.

– Données  Terracycle et Campagne Materne :
Site Terracycle
Page de la campagne Pom’Potes

Pin It on Pinterest