Sélectionner une page

Pour des cyclistes complètement allumés

Temps de lecture : 4 min

Aller travailler en vélo ou généraliser l’usage du deux-roues pour ses déplacements quotidiens présentent des intérêts tant personnels que collectifs. Seulement voilà, l’arrivée de l’automne et les jours qui raccourcissent ne doivent pas stopper net nos bonnes résolutions ou freiner notre pratique.
Encore faut-il avoir de bonnes loupiotes, pour voir et être vu !

Les éclairages sur batterie

On peut être satisfait au moment de l’achat de nos vélos, qu’ils soient vendus d’office avec des lumières. Généralement sur piles, ces éclairages de qualité et d’autonomie toutes relatives sont surtout fournis pour respecter la réglementation française.
En effet, le décret fixant les exigences de sécurité concernant les bicyclettes, ainsi que des articles du code la route imposent des éclairages présents sur le vélo lui-même.
En pratique, ces feux ne sont souvent que des artifices règlementaires…

A l’usage, on arrive rapidement aux doléances suivantes :

– Avec des éclairages amovibles, la crainte du vol impose de les enlever du vélo, les conserver avec soi puis les repositionner à chaque usage. En plus d’être encombrante, cette manipulation nous expose au risque de les faire tomber.
Et si la chute survient, la vitre de l’éclairage est souvent très exposée et finie donc parfois complètement explosée !

Lampe réparée après une chute malheureuse

– Étant sur batteries ou sur piles, l’autonomie de nos lumières peut rapidement devenir une obsession, sachant que le froid réduit encore leur durée de vie.
Pour anticiper la panne pour cause de « low battery », un témoin de charge peut aider mais encore faut-il en disposer.
Le temps nécessaire pour recharger les batteries est parfois plus long qu’une journée de travail. Un certain savoir vivre s’impose pour faire durer nos batteries, mais est souvent méconnu. Un raccourci à ce sujet
Et si de changer les piles on oubli, c’est le prochain trajet qui se fera dans la nuit.

Voilà 2 alternatives fiables et pour cause, elles sont fixes et la batterie c’est nous !

La dynamo dans le moyeu

Logé dans la roue avant, c’est probablement le système le plus fiable et le plus efficace. Pour preuve, on le retrouve sur la plupart des flottes de vélos en libre service. Il n’offre que peu de résistance au roulage.

Du moment que le vélo avance, les lumières sont alimentées en électricité. On peut même les laisser allumées en journée. D’ailleurs pour améliorer la visibilité, des feux dits « diurnes » sont obligatoires sur toute nouvelle voiture commercialisée en Europe depuis 2011.

Seul inconvénient de ce moyeu, en être équipé et donc avoir pris soin d’opter pour ce système au moment de l’achat.
A noter que des anciens modèles n’alimentent que le phare avant. Sur un vélo d’occasion, bien vérifier sur le feu arrière que des fils électriques remontent jusqu’à la dynamo.

Shimano, fabricant japonais d’équipements de vélo depuis bientôt 100 ans fait partie des valeurs sûres dans le domaine. La rédaction utilise ce système depuis 5 ans sans encombres.
Pour les plus motivé(e)s, on peut convertir son vélo en rachetant une roue complète moyennant 60 à 80€ selon les dimensions et modèles.

La dynamo bouteille

Bien connue de nos aïeux, sa version contemporaine représente le moyen le plus simple et le plus économique de remplacer une vieille dynamo hors d’usage ou d’équiper son vélo dépourvu d’éclairages.

Une chinoiserie à 3 francs 6 sous ?
Pas vraiment puisque qu’un modèle allemand, la Dymotec 6 de Busch+Müller (B+M) est fabriquée  à 60km de Cologne, et vaut autour de 35€. B+M a été fondée en 1925 et emploie à ce jour 180 personnes sur un site unique et se démarque par des produits de qualité.
Pour les coulisses de la fabrication (site en allemand) →

Une molette permet de régler la pression exercée par le galet sur le pneu. Ledit galet est disponible en pièce détachée pour environ 3€.
Une version pour conditions extrêmes satisfera même celles et ceux que la neige n’arrête pas.

Galet après 4 ans d’utilisation

Galet neuf

Galet conditions extrêmes

Et si avec le temps (4 ans dans le cas présent), le caoutchouc rouge du bouton d’enclenchement se déchire, cuit par le soleil : un vulgaire mais non moins efficace morceau de chambre à air prendra avantageusement le relais pour protéger le mécanisme interne de la pluie et des poussières.

Et les loupiotes ?

Si malgré une bonne dynamo, nous avons le sentiment de ne rien voir de la route, B+M propose aussi des lumières efficaces. Pour environ 20 à 30€, un phare type Lumotec illumine la chaussée sur une distance confortable. Un accumulateur maintient même l’éclairage à l’arrêt à un carrefour, histoire d’être vu, ou au moment de ranger son vélo dans un endroit sombre, histoire d’y voir…
A l’arrière, un simple feu à LED fera l’affaire.

C’est pas donné !

Pour un budget proche de 2 lampes amovibles à batterie de qualité, voilà de quoi être bien équipé pour de longues années, l’autonomie, la fiabilité et la tranquillité en plus.

Trucs et astuces

Ces dynamos (moyeu ou bouteille) se trouvent chez les marchands de cycles, généralement sur commande.
Plusieurs boutiques en ligne les proposent également.
Leur installation nécessite quelques connaissances élémentaires en mécanique et électricité, mais rien d’insurmontable.

En cas de panne d’éclairage
– Inspecter les fils. Les extrémités dénudées branchées sur les lumières s’oxydent et peuvent empêcher le courant de passer.
– Sur certains vélos, les garde-boues font office de conducteur électrique et remplacent les fils. L’oxydation peut aussi créer des problèmes à cet endroit.
Un coup de tampon vert sur les fils règle souvent le problème.

Moyeu dynamo
Contre le vol la version avec écrous peut être un plus.
Bien qu’elles se ressemblent, ne pas confondre dynamo et assistance électrique, toutes deux se logeant dans la roue avant (concerne certains types de motorisation).
Pour alimenter des éclairages à l’avant et à l’arrière, opter pour un moyeu de puissance 3W.

Dynamo bouteille
La dynamo existe en 2 modèles pour montage à droite ou à gauche  du vélo (vu du cycliste assis sur la selle)

Si le vélo n’a pas la patte dédiée au montage d’une dynamo, 2 parades existent :
– un collier souvent vendu comme accessoire, permet de fixer la dynamo sur un des tubes du cadre du vélo.
– un support de dynamo « Soubitez » permet de fixer la dynamo au niveau d’un des freins (avant gauche ou arrière droit), dans les 2 cas, prendre une dynamo pour montage à gauche. Un exemple de montage ici (en anglais) →

Penser à acheter un ou deux galets d’avance.

La dynamo est livrée avec tout le nécessaire de branchement, dont des fils électriques adaptés.

Une version française de la notice de la Dymotec 6 est disponible sur internet grâce aux mots clés « Notice Dymotec 6 ».

Le morceau de chambre à air pour remplacer le bouton d’enclenchement est de type 26 pouces (VTT) et mesure 4cm de large. Se rapprocher d’un ami cycliste, d’un marchand de cycle, d’un atelier de réparation associatif, au pire contacter la rédaction.

Sources & Crédits

Crédits

– Lien vers article : Neue Technnik bringt noch mehr Licht – 15 août 2015
Concernant la société B+M
Magazine en ligne https://gruene-gegend.de/
Stefanie Schildchen

– Lien vers article : Dymotec 6 & Lumotec IQ Cyo RT senso plus – 24 novembre 2012
Concernant le montage de composants B+M
Blog http://simonsblog.co.uk
Simon Hayward

– Flèche bleue incorporée aux images :
Auteur : Freepik / Source : Flaticon
Sous licence CC BY 3.0

Sources

– Documents édités par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette – FUB
www.fub.fr
Dossier « Eclairage des vélos » – 2012
Articles  « Eclairage » et « Voir et être vu, c’est vital » consultés en octobre 2017

– Règlementation française
www.legifrance.gouv.fr
Décret n° 2016-364 du 29 mars 2016 fixant les exigences de sécurité concernant les bicyclettes
Code de la route – Eclairage et signalisation des véhicules, Articles R313-1 à 32

– Eclairage diurne sur les voitures
UFC Que Choisir
https://www.quechoisir.org
Article  « Eclairage diurne – Sous les feux de la rampe » – 11 février 2011

– Données et informations concernant Shimano
http://www.shimano.com/en/

– Données et informations concernant Busch & Müller – B+M
http://en.bumm.de
https://www.aktiv-online.de
https://gruene-gegend.de/
http://simonsblog.co.uk

– Prix indicatifs donnés dans l’article
Relevés en magasins et sur des boutiques en ligne d’équipement de vélo.
Identités non communiquées pour éviter toute publicité.

– Moyeu dynamo testé
Modèle Shimano DH-2N35, puissance 2.4W monté sur vélo Giant Expression W, utilisé de juin 2012 à août 2013 (volé !)
Modèle Shimano DH-3N20, puissance 3W monté sur vélo Kalkhoff Blackwood 7G spectro, utilisé depuis septembre 2013
Trajets journaliers moyens : 20 à 30 minutes

– Dynamo bouteille et phare avant testés
B+M Dymotec 6 achetée par correspondance le 19 octobre 2013, 29€TTC et galet de rechange 2€TTC + Port 8€TTC
Phare avant Lumotec :
Modèle Lyt Plus acheté par correspondance le 29 octobre 2013, 29€TTC + Port 8€TTC
Dynamo bouteille et phare B+M utilisés conjointement sur vélo Torpado Partner T435 depuis novembre 2013
Trajets journaliers moyens : 20 à 30 minutes

– Feu arrière :
D’origine sur les 2 vélos (dynamo moyeu et bouteille),  modèle Basta Ray.

Pin It on Pinterest